Définitions personnelles

Je mets ici les définitions et les concepts que j’utilise dans ma pratique de la généalogie. J’ai généralement l’occasion de les présenter dans les différents billets, ils sont ici en accès direct.

Myopie géographique

Principe suivant lequel un lieu lointain est défini moins précisément qu’un lieu proche. Pour appliquer ce principe, il faut connaître le lieu d’où les autres sont « vus ». En découlent les concepts liés suivants :

  • degré de myopie : niveau de précision dans la définition d’un lieu en fonction de critères définissant sa distance par rapport au lieu d’observation ;
  • échelle de myopie : ensemble des degrés de myopie et manière dont les lieux sont définis en fonction de leur degré ;
  • classe de myopie : ensemble d’ascendants originaires de lieux ayant le même degré de myopie.

Par exemple, si on « regarde » un ensemble d’ascendants depuis une commune d’un département français, on peut définir l’échelle de myopie suivante :

  • degré 0 : une autre commune du même département, on pourra par exemple nommer la commune pour décrire le lieu ;
  • degré 1 : une commune d’un autre département de la même région de 1 (variante : une commune d’un département limitrophe), on décrira le lieu par son département (var. : par sa commune),
  • degré 2 : une commune d’une autre région française (var. : d’un département non limitrophe), on décrira le lieu par cette région,
  • degré 3 : une commune d’un autre pays (var. : d’un pays limitrophe), on décrira le lieu par ce pays (var. : par la région).

Le choix de l’échelle de myopie peut être adapté en fonction de son utilisation, seul compte le respect du principe de départ.

Indice (faible) d’instabilité géographique : pour une échelle de myopie donnée et une génération donnée, c’est une mesure de la part des ancêtres de la génération supérieure qui ont changé de classe de myopie. Elle se calcule en faisant la somme pour toutes les classes de myopie des écarts entre la part des ascendants appartenant à cette classe de myopie à la génération donnée et à la génération suivante. Plus il est proche de 1, plus la génération est instable, dans le sens où les parents de ses membres se sont déplacés.

Pour en savoir davantage, voyez l’article Quelles sont mes origines ? (Première partie).

Numérotation des lignées

La méthode de numérotation que j’utilise pour les lignées consiste à attribuer à la lignée qui part d’un individu (c’est-à-dire sa lignée agnatique), le numéro L tel que

L = (SOSA + 1)/2 ou encore SOSA = 2L – 1

où SOSA est le numéro de la personne (toujours une femme sauf lorsque la souche de l’arbre est un homme) dont part la lignée.

Ainsi, ma mère porte le SOSA 3, elle est donc à l’origine de la lignée L = (3+1)/2 = L2. Le SOSA de la personne dont part la lignée L300 par exemple porte le SOSA = 2 x 300 – 1 = 599. La souche de l’arbre est à l’origine de la lignée L1.

On peut toujours définit le générateur de la lignée comme l’ascendant commun à tous les membres de la lignée.

On distingue les lignées linéaires qui sont formées exactement des lignées agnatiques d’un ascendant donné et qui ne comportent pas d’ascendants hommes présents plusieurs fois dans l’arbre (ascendants doubles). Pour une lignée linéaire, on définit simplement :

  • la souche d’une lignée : c’est la personne (toujours une femme, sauf si la souche de l’arbre est un homme) dont la lignée est par définition la lignée agnatique ;
  • la génération dans la lignée : c’est le numéro (en chiffres romains) de la génération de l’individu en tant qu’ascendant de la souche de la lignée. Ainsi la souche de la lignée porte le numéro I, son père le numéro II, etc. On pourra noter un individu L-G où n est le numéro de la lignée et G sa génération dans la lignée L.

Pour les lignées ramifiées, qui comportent des ascendants masculins doubles, elles sont formées d’une réunion de lignées agnatiques puisqu’elles comportent des frères et soeurs. On définit alors :

  • les tiges de la lignée : ce sont les ascendants dont la lignée est par définition la réunion des lignées agnatiques. Les tiges sont toutes des femmes, sauf la souche de l’arbre si c’est un homme ;
  • les sous-lignées sont les lignées agnatiques des tiges de la lignée ;
  • l’indice de la lignée est le nombre de tiges et de sous-lignées de la lignée ;
  • la hauteur de la lignée est la génération dans la lignée du générateur de la lignée dans la plus haute sous-lignée, c’est-à-dire la longueur de la plus longue sous-lignée de la lignée.

Vous trouverez davantage d’éléments sur ce principe dans l’article La partition d’un arbre d’ascendance en lignées.

Un commentaire pour Définitions personnelles

  1. Ping : Essai d’analyse de mes origines | Des Aïeux et des Hommes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s