13 novembre 2015

Qui es-tu, qui sortis de l’ombre
Dans la lumière de la nuit ?
Tu n’es ni un nom ni un nombre,
Tu n’es rien : tuer t’a détruit.

Qui t’ordonna – quel fou, quel lâche –
De laisser tes marques de fer,
Comme d’indélébiles taches
Sur nos trottoirs et dans nos chairs ?

Retourne à l’ombre de l’histoire !
Face à terre, les innocents
Se sont envolés vers la gloire
Bien mieux que tes gouttes de sang.

Nos héros dînaient en terrasse
Un soir de novembre à Paris,
Ils n’avaient ni patrie ni race
Ils riaient quand tu les as pris.

Leur joie morte est notre espérance
Leur rire éteint est notre foi.
Ils brillent au Stade-de-France
Et rue de la Fontaine-au-Roi.

Si nos larmes sont pour nos frères,
Nos cris sont pour l’humanité :
Prouvons qu’aucune arme de guerre
Ne peut blesser la liberté.

Paris, le 15 novembre 2015,

RC

Advertisements
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s