Avancée en Bourgogne

Ce bref billet a pour objet de vous dire que j’ai résolu l’une des deux origines inconnues parmi mes ancêtres bourguignons qui habitaient le système Aluze-Charrecey en Saône-et-Loire.

En effet, même si je ne vous ai pas encore décrit les familles qui étaient présentes dans cette petite partie de la côte chalonnaise, je vous ai fait comprendre que j’étais frustré de ne pas réussir à remonter beaucoup parmi les ancêtres de Geneviève NIAUD (SOSA 199), la souche de mes aïeux nés dans le système.

En réalité, j’avais deux impasses :

  • le lieu d’origine de sa grand-mère paternelle, Françoise JEANNIARD (SOSA 797), dont les recherches m’ont montré que son nom n’était pas local,
  • le lieu d’origine de son arrière-grand-mère parternelle, Jeanne BRESSON ou BRUSSON (SOSA 1593), dont le patronyme est au contraire présent tout autour d’Aluze et de Charrecey.

C’est un peu pour circonscrire mes recherches concernant ces deux ancêtres que j’avais essayé de comprendre et de décrire l’espace vécu par mes ancêtres bourguignons, en pensant les trouver toutes deux dans ce périmètre.

Eh bien, pour Françoise, il n’en est rien, même si a posteriori je me dis que toute la méthode présentée dans mon article précédent a du sens, car je ne suis pas passé loin.

Un déplacement local un peu plus ample que prévu

Vous vous souvenez sans doute que, pour décrire l’espace vécu je me suis appuyé :

  1. Sur les paroisses situées à moins de 10 km à vol d’oiseau,
  2. Sur les villes qui ont pu jouer un rôle d’attracteurs, situées à moins de 20 km à vol d’oiseau,
  3. J’ai modulé la réunion de ces deux espaces par l’influence du relief, des limites politiques, des voies de circulation, etc.

Et j’ai ainsi obtenu l’espace vécu suivant, pour le cas qui nous intéresse.

L'espace vécu autour du système Aluze-CharreceyJ’avais notamment pensé, sur un critère de géographie physique mais aussi politique et administratif qu’il fallait étendre cet espace plus loin vers le nord que dans les autres directions, puisqu’il s’agissait de suivre la plaine de la Saône, parcourue par une voie qui conduisait à la capitale locale, Dijon. Je n’avais cependant pas osé pousser jusqu’à Beaune, à 24 km à vol d’oiseau, et je m’étais arrêté dans cette direction à Meursault.

Eh bien, par une recherche sur Généabank, auquel j’ai accès en tant que membre de l’Association généalogique des Bouches-du-Rhône (AG 13), j’ai fini par trouver le mariage de Françoise JEANNIARD avec Philibert NIAUD (mal orthographié NIANT, ce qui explique que je ne l’aie pas trouvé plus tôt) à … Bouilland, riante commune du canton de Beaune-Nord, dans l’arrondissement de Beaune, en Côte-d’Or, soit à 33 km à vol d’oiseau du système !

33 km séparent Bouilland (21) d'Aluze et Charrecey (71)

33 km séparent Bouilland (21) d’Aluze et Charrecey (71)

Les JEANNIARD y étaient, pour ce que j’en sais à ce stade, laboureurs.

Françoise y était née en 1721 et son mariage avec Philibert NIAUD en 1751. Il est bien indiqué dans cet acte de mariage qu’il est fils de Claude NIAUT, vigneron à Charcey (pour Charrecey), diocèse de Chalon-sur-Saône.

Faut-il redimensionner mon espace vécu ?

Le trajet parcouru par Françoise JEANNIARD est important : elle a quitté les alentours de Beaune pour rejoindre le chalonnais, presque 40 km plus au sud. Cependant, elle n’a pas quitté ce qui était déjà la Bourgogne ni cette côte qui surplombe la plaine de Saône.  A ce titre, son déplacement se trouve à la frange entre une migration et une mobilité locale.

Je manque pour l’instant de tout élément pour comprendre ce déplacement, mais il faut dire que je ne connais pas encore bien les JEANNIARD de Bouilland. Cependant, la question se pose : est-ce que les limites que j’ai prises pour définir l’espace vécu par mes ancêtres sont les bonnes ? En particulier, se limiter à 20 km à vol d’oiseau pour les villes, est-ce suffisant ? Ne faudrait-il pas tenir compte également des routes qui conduisent aux principales villes et qui, par tache d’huile, en prolongent l’attractivité au-delà de cette distance ?

Autant de questions qui n’ont sans doute pas de réponse définitive, mais qui mériteront, la prochainement fois que je ferai la carte d’identité d’un système, que je considère les distances avec un peu plus de souplesse.

Si la piste de Françoise JEANNIARD a été retrouvée, ce qui va me permettre d’explorer et de vous présenter ses propres ancêtres autour de Bouilland, ce n’est pas le cas de Jeanne BRESSON ou BRUSSON, sa belle-mère, pour laquelle je continue mes recherches autour d’Aluze et Charrecey.

Mais ceci est une autre histoire…

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Avancée en Bourgogne

  1. Ping : Récit d’une enquête généalogique (3/4) | Des Aïeux et des Hommes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s