Léon MARC, le patriarche

Du côté de ma mère, la figure de Léon Louis MARC, grand-père paternel de mon grand-père maternel (SOSA 24, lien vers mon arbre geneanet.org), rayonne sur les souvenirs de famille comme le représentant d’une certaine apogée sociale, doublé d’un goût prononcé pour le bien vivre et la convivialité.

Portrait de Léon Louis MARC vers 1935 – Source : archives familiales

Origines et famille

Origines

La famille MARC (ma lignée L2, celle de ma mère) est originaire de la Coudercarié, lieu-dit de Lacaune (Tarn, Midi-Pyrénées, France), à la limite avec l’Aveyron, où ils étaient agriculteurs. Ville thermale, la commune donne son nom aux Monts de Lacaune, massif montagneux situé au sud-est, ainsi qu’à une race de moutons.

La famille est connue dans le Tarn sur 7 générations, avec un bon niveau de fiabilité, même si la filiation certaine n’est établie que sur 5 générations. La principale source que j’ai utilisée est à ma connaissance une des premières mises en ligne systématiques et indexées de registres paroissiaux pour autant de communes voisines : je veux parler du site Généalogie autour de Murat-sur-Vèbre qui m’a permis, il y a plus de 7 ans, de remonter de manière fulgurante la branche de Pierre Etienne MARC (SOSA 48, L2-V).

C’est ce Pierre Etienne MARC qui a quitté le hameau familial entre 1855 et 1866 pour s’installer à Marseille, où il a épousé Geneviève Eugénie CHABAUD (SOSA 49), une couturière originaire de la Loire. Je ne sais pas aujourd’hui expliquer cette migration de plus de 250 km à travers le Languedoc, la Camargue et la Provence.

Fratrie

Léon MARC est le 7e enfant du couple, mais le 3e des 4 qui atteindront 21 ans. Ses aînés survivant jusqu’à l’âge adulte sont François MARC, né en 1867 et Marie Louise MARC, née en 1870, et il aura aussi un frère cadet, le benjamin de la fratrie, Alfred Charles MARC, né en 1879.

Il naît le 5 juin 1876 au quartier de La Viste à Marseille.

Acte de naissance de Léon MARC - Source : AD13 en ligne

L’an mil huit cent soixante seize et le six juin à deux heures demi, ACTE DE NAISSANCE de Léon MARC né à Marseille hier à quatre heures du soir, quartier de La Viste, fils de Etienne Pierre MARC âgé de quarante ans, minotier, et de Geneviève CHABAUD âgée de trente huit ans, ménagère, mariés et demeurant dit quartier. Le sexe de l’enfant présenté et reconnu masculin ; témoins sieurs Jean B[aptis]te MOUREN âgé de cinquante ans, portefaix, domicilié et demeurant quartier de S[ain]t Antoine et Joseph MEJEAN âgé de trente quatre ans, meunier, domicilié et demeurant quartier de la Gavotte sur la déclaration faite par le père qui a signé avec les témoins. Constaté par Nous, Fernand ROUVIERE, adjoint au Maire de Marseille, délégué aux fonctions d’Officier de l’état-civil ; et lecture faite au déclarant et aux témoins avons signé. [Signé :] pMarc, Mouren, Mejean, J. Rouviere

Son père exerce à cette époque la profession de minotier, identique à celle de meunier mais correspondant plutôt à une pratique industrielle. Cette profession va guider le sort de la famille pendant trois générations.

Pierre Etienne MARC décède en 1915 et Geneviève CHABAUD en 1921. Avant eux, leur fille Marie Louise MARC, qui avait épousé Auguste MOUTTE, est décédée à l’âge de 40 ans en 1910. François MARC, le frère aîné, décèdera au lendemain de la guerre, en 1945, tandis que le benjamin Alfred survivra à mon aïeul.

Mariage et enfants

Je dispose de peu d’informations sur la jeunesse de Léon MARC, si ce n’est que son père achète en 1885 un moulin à farine, dit du Pas-des-Tours, à la limite entre les quartiers de La Viste et de Saint-Antoine et qui sera connu jusque dans les années 1950 comme le « Moulin MARC ». Cette acquisition se fait moyennant le prix de 50 000 Fr, somme qui démontre la situation matérielle sans doute déjà favorable de la famille.

Le 21 juin 1900, il épouse Emilie Marie ROUX (SOSA 25), née à Aix-en-Provence et habitant le quartier des Aygalades.

Acte de mariage entre Léon MARC et Emilie ROUX - Source : AD13 en ligne

L’an mil neuf cent, et le vingt un juin à dix heures vingt du matin ACTE DE MARIAGE de sieur Léon MARC, meunier né à Marseille le cinq juin mil huit cent soixante seize y domicilié et y demeurant avec ses père et mère au quartier de La Viste, fils majeur de Etienne Pierre MARC meunier et de Geneviève CHABAUD, sans profession, ci présents et consentants, d’une part et demoiselle Emilie Marie ROUX, sans profession, née à Aix (B[ouches] du R[hône]) le deux mai mil huit cent soixante seize domiciliée et demeurant avec son père au quartier des Aygalades, fille majeure de Jean Joseph ROUX, mécanicien, ci présent et consentant et de feue Laurence Julie GILLY, sans profession.

Emilie ROUX et Léon MARC vers 1925 - Source : archives familiales

Le couple aura 3 enfants entre 1901 et 1908. L’aîné sera Joseph Eugène dit Eugène MARC, la cadette Aimée Mathilde dite Mathilde MARC et le benjamin Charles Louis MARC (SOSA 12, L2-III), mon arrière-grand-père.

La photographie du mariage de mes arrière-grands-parents, Charles Louis MARC et Henriette Baptistine REBOUL, prise en 1930, permet de reconnaître un certain nombre des personnes citées dans ce billet.

Les membres de la famille MARC lors du mariage de mes arrière-grands-parents Charles MARC et Henriette REBOUL - Source : archives familiales

L’entreprise familiale

Comme évoqué ci-dessus, Pierre Etienne MARC a acheté un moulin à farine, fonctionnant grâce à la force du canal de Marseille, le Moulin du Pas-des-Tours en 1885. Je propose une transcription de cet acte ici. Le moulin, dont le bâtiment remanié existe toujours, se trouvait à l’actuel numéro 9, route nationale de Saint-Antoine à Marseille.

Il avait été construit entre 1852 et 1885 sur des parcelles acquises notamment à Marie-Maxime, comte de Foresta (on retrouve cette famille, l’une des premières de Provence, et ce personnage sur les pages que leur consacre Gilles DUBOIS sur son blog à partir notamment du nobiliaire de Provence).

Ses trois garçons vont y travailler puisqu’ils sont tous trois qualifiés de meuniers à divers moments de leur vie.

En 1934, Léon MARC et Alfred MARC créent la société à responsabilité limitée MARC FRERES au capital de 25 000 Fr, dont ils détiennent chacun la moitié. Elle a pour objet « toutes opérations commerciales concernant les grains et les farines, l’industrie et le commerce de la minoterie et généralement toutes opérations commerciales, industrielles, mobilières, immobilières et financières se rattachant directement ou indirectement à ces objets » et pour siège le Moulin du Pas-des-Tours.

Carte de la société MARC Frères - Source : archives familiales

La mémoire familiale rapporte que, pendant la guerre, le moulin sera réquisitionné par les Allemands et que les comptes de la société vont commencer à se dégrader. De fait, le patrimoine déclaré par Léon MARC après la guerre au titre de l’Impôt de solidarité nationale est relativement modeste si on le ramène, à parité de pouvoir d’achat, à ce que représentait, par exemple, la valeur d’achat du moulin en 1885.

Les deux frères concluent le 1er mars 1952 un contrat par lequel Alfred MARC se retire de la gestion de la société à titre temporaire et la confie intégralement à Léon MARC. A cette période, Léon MARC approche de la fin de sa vie et ses propres enfants travaillent au moulin, dont la gestion est assurée par son fils Eugène.

Léon MARC décède le 22 juillet 1954 à Marseille, âgé de 78 ans et le Moulin MARC sera fermé à la fin des années 1950, car les affaires ne tournent plus.

Léon MARC a acheté en 1924 une maison à Saint-Antoine et a fait construire en 1928 un second bâtiment sur le terrain adjacent. Cet ensemble immobilier est toujours dans la famille aujourd’hui.

L’homme social

Léon MARC, chef d’entreprise et homme cordial, a fait partie pendant plusieurs décennies de la notabilité du village de Saint-Antoine. La mémoire familiale raconte par exemple qu’il lui est arrivé d’aller chasser avec ce dernier dans l’immense « campagne » du marquis de Foresta, son voisin.

Une analyse chronologique rapide semble montrer qu’il s’agit soit d’Henry, marquis de Foresta et de La Roquette, fils du comte Marie-Maxime cité plus haut, soit d’Albéric, comte de Foresta, son propre fils. Pour l’anecdote, Henry et Albéric étaient grand-père et père d’Alix de FORESTA, princesse Napoléon par son mariage avec S.A.I. Louis BONAPARTE, prince Napoléon (Napoléon VI).

Les MARC aimaient la musique comme le rapportent encore les souvenirs de cette famille où chacun avait son instrument de prédilection. Léon MARC jouait, quant à lui, du cornet à pistons, notamment dans la fanfare du village, institution plus que centenaire baptisée « Harmonie républicaine de Saint-Antoine ».

Il prend la présidence de cette institution en 1924 et il occupera cette fonction pendant au moins 25 ans. Ce rôle éminent dans la vie culturelle locale lui vaut d’être décoré en 1936, des Palmes d’Officier d’Académie (ancêtre du grade de chevalier dans l’ordre des Palmes académiques) pour « Services rendus à l’art musical », grâce au soutien du conseiller général L. VILLECROZE.

Diplôme d'officier d'académie de Léon MARC - Source : archives familiales

Enfin, en 1948, il est promu au grade d’officier de l’instruction publique, correspondant au grade actuel d’officier de l’ordre des Palmes académiques, et les palmes lui en sont remises le 27 juin 1948 sur la place de Saint-Antoine par le directeur régional de l’instruction publique, J.-L. LEMOINE.

Remise des palmes d'officier de l'instruction publique à Léon MARC en 1948 - Sources : archives familiales

Fils d’un semouleur ayant quitté sa région natale pour faire fortune à Marseille et qui y a réussi, Léon MARC apparaît comme le modèle de l’entrepreneur et du patriarche, ayant su faire prospérer son entreprise et constituer un noyau familial soudé, qui va perdurer jusqu’à sa mort. Petit notable dans le quartier marseillais de Saint-Antoine, au nord de la ville, qui garde encore son caractère villageois pendant la première moitié du XXe siècle, il semble avoir laissé localement et dans la mémoire familiale le souvenir d’un homme affable et d’un bon vivant au sein d’une famille respectable et appréciée.

S’il avait épousé une provençale presque de pure souche, ses parents étaient tout deux, au contraire, originaires de départements éloignés puisque ses quatre grands-parents sont originaires du Tarn côté paternel et de l’Aude et de la Loire côté maternel, sans que ces migrations sachent s’expliquer aujourd’hui ni que cette origine ait semblé gêner son intégration.

Mais cela est une autre histoire…

Advertisements
Cet article, publié dans Descriptions, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Léon MARC, le patriarche

  1. Guignard dit :

    Mes aïeux chassaient aussi à Foresta et faisaient partie de l’harmonie républicaine.Dans le cadre des journées du patrimoine pour Marseille Capitale de la Culture 2013 nous retraçons l’histoire de notre quartier autour de balades patrimoniales .Nous avons notamment récolté beaucoup d’informations sur les moulins auprès de monsieur Sardou ( du moulin Sardou) ,beaucoup se souviennent du moulin Marc. Beaucoup de descendants des anciennes familles sont encore sur site
    votre famille a laissé plus de traces que vous le pensez dans la mémoire locale Voulez vous participer , partager avec nous vos documents , votre mémoire familiale..
    contact
    amggnrd@gmail.com

    • Bonjour,
      Et merci beaucoup de votre commentaire et de ce souvenir que vous rapportez de ma famille maternelle. Mon grand-père, toujours vivant, a connu le Moulin. Il est né à Saint-Antoine et y a passé toute sa jeunesse. Sa mère, mon arrière-grand-mère, y a vécu jusqu’à sa mort en 1997. Nous avons toujours la maison des MARC, à côté de la gare. Chez mes parents, qui habitent Verduron, dorment toutes sortes de photos de famille, je ne sais pas ce qui pourrait vous intéresser. Pour ma part j’habite Paris et ne descends que pour les vacances scolaires.
      D’ailleurs, quand vous dites « nous », pouvez-vous me dire quelle structure ou association s’intéresse à l’histoire de Saint-Antoine ? Sous quelle forme comptez-vous mettre en valeur la mémoire et l’histoire de ce quartier où, de ce que m’en dit mon grand-père, il faisait si bon vivre, loin de l’agitation du centre-ville ?
      Au plaisir de vous lire et d’échanger plus avant,
      Bien cordialement,
      Rémi

      • Guignard dit :

        Bonjour
        Nous sommes un groupe d’habitants de Saint Antoine , des anciens et des récents .
        nous organisons des balades patrimoniales à pied pour redécouvrir notre quartier selon lemodèle des greeters de New York.Le noyau dur du groupe appartient à la cooperative Hotel du Nord ( chambres d’hotes chez l’habitant) mais tous les habitants peuvent venir ,proposer, s’impliquer …
        L’an dernier nous avons préparé les JEP de septembre sur Verduron
        Voir
        http://www.journeesdupatrimoine.culture.fr/fr/le-programme/verduron-marseille-15me-bouches-du-rhne
        pour ces journées ,certains viennent de toute la ville et d’autre même d’autres régions et de l’étranger.Peut être que vos parents sont venus.
        Cette année nous préparons 2013 , Marseille capitale européenne de la culture ,et la journée européenne du patrimoine de septembre sera centrée sur Saint Antoine même.
        Si vous avez un mail où je peux vous envoyer des infos , vous transférer les mails des autres etc..C’est volontiers et je vous mettrai en lien avec Julie , c’est elle qui centralise
        tout
        Pour toute forme de document nous sommes preneurs.
        Pour la maison des Marc ( je me souviens très bien de votre arrière grand mère qui était si gentille), il y a un grand projet immobilier de 97 logements juste à côté .Si vous n’en avez pas connaissance je vous enverrai les plans.

        Anne Marie

  2. Bonjour,
    Merci beaucoup de votre proposition. Je vous ai envoyé un mail pour poursuivre cet échange.
    Bien à vous,

    Rémi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s