Quelles sont mes origines ? – Une actualisation

La généalogie est liée tout autant à l’histoire qu’à la géographie, la vie nos ancêtres ayant été fortement conditionnée par le lieu où ils vivaient, de même que par le cours des événements qui sont arrivés jusqu’à nous et qui ont pu, pour certains, leur rester étrangers.

Ruraux ou citadins, montagnards ou côtiers, ils étaient confrontés à des conditions de vie qui façonnaient leurs alliances, leurs métiers et leurs déplacements. Habitant le centre d’un pays ou près d’une frontière, ils ont vécu plus ou moins de transferts politiques et administratifs qui ont modifié, par ricochet, les lieux d’attraction de leur vie quotidienne (marchés et foires, sièges des tribunaux, douanes et péages, etc.).

J’ai eu l’occasion de consacrer plusieurs billets à cette interface entre généalogie et géographie, que ce soit de manière globale (description de mes origines – parties 1 et 2) ou, plus locale, en parlant de systèmes géographiques (Autour de la Montagne de Lure et Mes ancêtres bourguignons). C’est pour moi l’occasion de créer quelques outils et quelques cartes qui, je l’espère, servent à éclairer ces deux grandes questions du généalogiste : savoir d’où il vient et comment vivaient ses ancêtres.

Répartition quantitative

Avant de lire cette partie, je vous invite à jeter un coup d’oeil aux articles cités plus haut sur mes origines familiales, qui présentent la méthode quantitative de détermination des origines à partir de l’analyse de la canopée de mon arbre d’ascendance. Je l’ai utilisée notamment pour une branche de mes ancêtres siciliens et pour mon ascendance provençale.

Il s’agit ici essentiellement de mettre à jour, en l’état actuel de mes recherches, la première colonne du tableau suivant (à retrouver dans l’article Quelles sont mes origines ? (Seconde partie))

Poids dans mes origines des départements français hors Bouches-du-Rhône

Poids dans mes origines des départements français hors Bouches-du-Rhône

Voici la répartition actuelle, avec le même code couleurs, dans laquelle j’ai choisi de regrouper des départements qui sont en interaction forte et qu’il n’est pas cohérent de séparer :

  • Bouches-du-Rhône, Var, sud Vaucluse,
  • Tarn, Aveyron,
  • Gard, Lozère,
  • Corrèze, Haute-Vienne,
Répartition de mes ancêtres en fonction de la plus lointaine origine connue dans chaque branche. Code couleur : jaune = mon propre lieu d'origine, orange = départements limitrophes, rouge = autres départements français, bordeaux = autres pays

Répartition de mes ancêtres en fonction de la plus lointaine origine connue dans chaque branche. Code couleur : jaune = mon propre lieu d’origine, orange = départements limitrophes, rouge = autres départements français, bordeaux = autres pays

Les principales évolutions liées à l’avancement de mes recherches sont les suivantes :

  • baisse de la présence des Alpes-de-Haute-Provence du fait de la découverte de branches partant vers d’autres départements,
  • rattachement des Alpes-Maritimes au Piémont : compte tenu de la période à laquelle remonte l’origine (XVIIIe siècle), il n’était pas cohérent de considérer ces ancêtres comme français,
  • apparition de l’Isère et de la Haute-Savoie, qui n’avaient pas été trouvés à l’époque.

La carte suivante fait apparaître cette répartition : la surface des disques est proportionnelle au taux de présence dans mes origines.

Répartition de mes origines par départements/régions

Répartition de mes origines par départements/régions

J’ai mentionné par un macaron rouge la présence d’ancêtres nobles dans certains lieux, car les modes d’alliance de ces ancêtres spécifiques entraîne une volatilité géographique dans les générations précédentes, qui n’est pas illustrée par cette carte.

Ainsi, par exemple, pour l’ensemble Corrèze/Haute-Vienne, on trouve des ancêtres nobles lointains originaires de Dordogne, de Charente, encore plus loin de Normandie, Bretagne, etc. et encore plus anciennement de toute l’Europe avec des branches royales.

Apparition des lieux en fonction de la génération d’ émigration

Logiquement, un lieu est d’autant moins représenté dans mon ascendance que le ou les individus qui en sont originaires sont anciens. Cependant, certains lieux peuvent avoir engendré plusieurs ancêtres dans des branches différentes, auquel cas les taux de présence s’ajoutent.

La carte suivant fait apparaître, par un code couleurs, la génération par rapport à moi de l’ancêtre le plus récent originaire du lieu (département, région) considéré, c’est-à-dire la génération du premier émigrant hors du lieu.

Répartition de mes origines en fonction de la génération de l'ancêtre le plus récent originaire des lieux

Répartition de mes origines en fonction de la génération de l’ancêtre le plus récent originaire des lieux

Il faut donc comprendre, par exemple, que mon ancêtre le plus récent ayant quitté la Sicile est un de mes arrières-grands-parents (en l’occurrence deux AGP), ou encore que c’est un ancêtre à la 7e génération qui a, en dernier, vécu dans l’Aude ou la Savoie.

Notez la présence d’ancêtres indiqués comme « parents inconnus », qui sont en fait les parents d’enfants abandonnés ou nés de père inconnu. Ils représentent tout de même près de 3 % de mon ascendance !

Diagramme des migrations

Si maintenant on quitte le champ de la géographie stricte, on peut s’intéresser à la manière dont les lieux présents dans mon ascendance (ici, en général des départements français ou des régions/pays étrangers) sont reliés entre eux par les migrations de mes ancêtres.

En effet, certains lieux sont, en l’état actuel de mes recherches, des lieux d’origine de certains de mes ancêtres. D’autres sont uniquement des lieux de passage car tous les ancêtres qui y ont vécu étaient originaires d’ailleurs. Enfin, certains lieux sont les lieux d’origine de certains ancêtres et ils ont aussi accueillis d’autres ancêtres originaires d’ailleurs. Sans surprise, toutes les migrations conduisent à mon propre lieu d’origine, soit directement, soit avec quelques étapes…

Le schéma suivant illustre ces informations. Il a l’air un peu compliqué vu de loin, mais ne vous effrayez pas !

Schéma présentant les lieux d'origine, les lieux de passage et les migrations de mes ancêtres

Schéma présentant les lieux d’origine, les lieux de passage et les migrations de mes ancêtres

Donc, comme tente de l’expliquer la légende, les disques verts correspondent à des lieux d’origine purs (Savoie, Sicile, etc.), les disques oranges à des lieux de passage purs (Tunisie, Loire) et les « camemberts » qui mélangent du vert et du orange sont des lieux mixtes, à la fois lieux d’origine de certains ancêtres et lieux de passage d’autres. Enfin, chaque flèche représente une (ou plusieurs) migrations : un (ou plusieurs) ancêtre a quitté le disque de départ pour rejoindre le disque d’arrivée. Le statut du disque central est un peu particulier : la partie orange ne représente pas vraiment un lieu de passage mais, de mon point de vue, un lieu d’installation. Mais peut-être sera-t-il lui-même un passage pour mes enfants ?

Comme pour les autres schémas de ce billet, j’ai respecté une règle de surface des disques : elle est proportionnelle à la proportion de présence du lieu dans mes origines. Seule différence avec les cartes montrées plus haut, qui présentaient uniquement les lieux d’origine : la surface des disques correspond maintenant à une présence comme lieu d’origine ET comme lieu de passage. Pour cette raison, la surface du disque central, qui représente le lieu où je suis né, correspond à 100 % de mes origines.

Quelques remarques pour finir

Dispersion

Je dois avouer qu’à la lecture du diagramme et des cartes ci-dessus, je suis toujours impressionné par la dispersion de mes ancêtres, en particulier en France. On trouve pas moins de 18 lieux différents en France, allant du nord au sud de l’Indre-et-Loire à l’Aude et d’est en ouest de la Savoie à la Dordogne. Il faut dire que le point d’arrivée de tout cela est tout de même la deuxième ville de France et un pôle économique majeur de la révolution industrielle, ce qui explique sans doute son attractivité pour des gens venant d’un peu partout.

Si l’un de vous s’est prêté à l’exercice pour lui-même et a envie de commenter pour me dire s’il rencontre une telle mobilité de ses ancêtres, je suis très intéressé.

Choix des lieux : les systèmes géographiques

Vous avez peut-être été surpris de la manière dont je me suis affranchi, pour tous les calculs et dans les schémas, de certaines limites administratives. J’ai rapidement expliqué que c’était parce qu’il y avait des interactions fortes entre certains secteurs de ces départements qui ne justifiaient pas de les séparer.

C’est en réalité la notion de système géographique qui prévaut, une notion que j’ai abordée de manière assez détaillée dans l’article sur la Montagne de Lure. Un système géographique est un ensemble de communes ou de paroisses proches, c’est-à-dire à portée d’un déplacement quotidien pour nos ancêtres (moins de 15 km, voyez le billet sur mes ancêtres bourguignons), entre lesquelles les actes montrent que mes ancêtres circulaient naturellement : ils vont se marier dans une paroisse voisine, leur père est lui-même originaire d’une autre de ces paroisses voisines, un de leurs enfants est né chez une grand-mère dans une autre paroisse, etc. De proche en proche, ces systèmes peuvent au final être assez étendus puisque je ne considère qu’il y a un changement de système que si un déplacement est supérieur à 15 km.

Ainsi, quand j’utilise plus haut, un peu artificiellement, les départements actuels pour créer des ensembles d’ancêtres, je me réfère en réalité aux systèmes géographiques qu’ils renferment, qui sont évidemment beaucoup plus limités spatialement qu’un département. Et comme certains de ces systèmes sont à cheval sur deux départements, je regroupe ces deux départements sous une même étiquette.

J’ai décidé de créer une nouvelle page où je mettrai les billets consacrés aux systèmes géographiques. Vous pourrez ainsi voir combien ces objets peuvent être différents entre eux et s’affranchir totalement des limites administratives, historiques comme actuelles.

Mais ceci est une autre histoire…

About these ads
Ce contenu a été publié dans Analyses, Descriptions, Géographie, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Quelles sont mes origines ? – Une actualisation

  1. Ping : Quelles sont mes origines ? - Une actualisation...

  2. Ping : Quelles sont mes origines ? - Une actualisation...

  3. Bernita dit :

    Very interesting post about the dispersion of your ancestors. Your illustrations and explanations for them was great.

  4. jmg013 dit :

    Très intéressant ! J’admire le degré de précision de vos travaux, ayant moi aussi des origines ancestrales très mélangées, dont 1/4 de Niçois, mais l’assimilation des gens du Comté de Nice aux Piémontais est très discutable : cette région a certes fait partie du royaume de Piémont-Sardaigne, mais c’est parce que les Niçois étaient sujets des ducs de Savoie qui ont acquis ensuite ce royaume. Beaucoup de Niçois d’autrefois ont effectivement des noms italiens, mais un grand nombre venait de la côte ligure et une autre partie importante était à l’origine formée de Provençaux.

    • Bonjour,
      Merci pour votre commentaire.
      Vous avez parfaitement raison : ce n’est que par facilité que j’ai fait une seule « bulle » intitulée « Piémont » pour mes ancêtres originaires du val di Susa en 1890 (donc, incontestablement piémontais au sens moderne) et ceux originaires de la vallée de la Tinée en 1710 (donc provençaux sous l’autorité des ducs de Savoie par un hold-up géostratégique, et d’ailleurs à cette date précise sous occupation française, puisque juste avant le Traité d’Utrecht de 1713). Je m’engager à corriger dans mes productions ultérieures !
      Avez-vous essayé de quantifier le « mélange » de vos propres origines ancestrales ?
      Bien généalogiquement,
      Rémi

      • jmg013 dit :

        Bonjour,
        Je suis admiratif devant la précision scientifique de vos travaux, néanmoins il me semble que la localisation d’ancêtres à une époque donnée repésente une tranche du temps et que, si on pouvait remonter encore plus haut, on trouverait d’autres lieux. D’autre part, je me demande si on peut représenter ses origines géographiques par des pourcentages : c’est une vue de l’esprit qui est tout à fait séduisante, mais dans la réalité nos gènes ne sont pas un mélange des gènes de tous nos ancêtres, certains doivent être perdus d’une génération à l’autre.
        En tout cas, bien loin de moi l’idée de vouloir entamer une polémique ! J’ai beaucoup apprécié ce que vous écrivez dans un autre article sur les déplacements de nos aïeux. C’est d’ailleurs un de mes grands plaisirs en génalogie que de découvrir de nouveaux endroits. Comme vous le suggérez à juste titre, les gens de l’ancien temps se déplaçaient beaucoup plus qu’on ne l’affirme généralement. J’ai colorié sur une carte de France les départements où ma fille a des ancêtres, car elle est le de cujus de ma généalogie, avec une couleur différente pour ceux de mon épouse. J’ai ajouté autour les initiales des pays étrangers où j’en ai trouvé. Curieusement l’Italie en est absente, en dépit du nom de beaucoup de mes ancêtres niçois, tous nés à Nice ou dans son Comté.
        J’ajouterai enfin que moi aussi je suis né à Marseille, où malheureusement je n’ai pas d’ascendants, et que je connais bien la vallée de la Tinée qui me rappelle les vacances de ma jeunesse, passées à Isola; J’ai des aïeux dans la vallée de la Vésubie !
        Meilleures salutations.
        Je vous renouvelle mes félicitations pour vos articles.
        Jean-Michel

      • Bonjour,
        Je vous remercie pour ce commentaire et, n’ayez aucune crainte, je ne prends aucun ombrage de vos réserves quant à la méthode : au contraire, je les fais miennes.
        1) Vous avez tout à fait raison de dire que le principal biais de cette « photographie » de mes origines est qu’elle dépend de mon niveau de connaissance à un instant t et qu’elle évoluera dès que je ferai de nouvelles découvertes.
        2) A nouveau, j’approuve votre objection sur le sens à donner aux pourcentages. Je précise que je n’ai jamais prétendu qu’il s’agisse d’une approche « génétique », au sens où je serais le résultat d’un mélange dans ces proportions. Il faut prendre ces taux, avec toutes les réserves qui vont avec, au sens d’une répartition relative de mes ancêtres connus.
        3) Pour mon information, combien de départements obtenez-vous comme lieux d’origine de votre fille ?
        4) Je suis frappé par votre manière d’écrire une sensation que je connais aussi : « C’est d’ailleurs un de mes grands plaisirs en généalogie que de découvrir de nouveaux endroits. » Dans ce cas, « découvrir » prend tout son sens : bien souvent on découvre un village qu’on ne connaissait pas, et dans ce cas j’aime me lancer dans une enquête géographique-historique sur le lieu pour essayer de le cerner à l’époque où mes ancêtres y vivaient.
        Enfin, je suis heureux de découvrir à travers vous un lecteur marseillais !
        N’hésitez pas à commenter à nouveau.
        Bien généalogiquement,
        Rémi

      • jmg013 dit :

        Bonjour,
        Excusez-moi d’avoir négligé de vous donner plus tôt le nombre de départements où je me suis trouvé des ancêtres : neuf pour moi-même et cinq pour mon épouse. Je ne compte pas Paris où était née ma mère et où je n’ai pas d’autres ascendants ! J’ai aussi pas mal d’aïeux dans le canton de Berne, quelques uns dans le Wurtemberg et un en Espagne qui est venu se marier avec une Niçoise en 1749.
        J’ai publié la carte des ascendants de ma fille sur mon blog http://maioresnostri.blogspot.fr. Cela n’a rien à voir avec la sophistication de vos propres travaux.
        Bien cordialement.
        Jean-Michel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s